Les Systèmes de Management en Algérie Index du Forum

Les Systèmes de Management en Algérie
Espace dédié a tous les Algériens ceux qui désirent partager leurs savoir-faire et expériences dans les systèmes de management (Qualité, Environnement, hygiène et sécurité, Santé au travail, Sécurité des denrées alimentaires..)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Gestion des risques majeurs : Une coordination qui se fait attendre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Systèmes de Management en Algérie Index du Forum -> Management des Systèmes en Algérie -> Système de management de la sécurité et Santé au travail
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
m-hadiouche
Administrateur


Inscrit le: 26 Déc 2010
Messages: 47
Localisation: Alger
Point(s): 119
Moyenne de points: 2,53

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 09:07 (2012)    Sujet du message: Gestion des risques majeurs : Une coordination qui se fait attendre Répondre en citant

Tous les instruments réglementaires destinés à la prévention des risques majeurs et la gestion des catastrophes sont en place, ne reste que l'installation de la Délégation nationale au risque majeur qui doit fédérer toutes les énergies et la synchronisation des actions: «Nous attendons toujours la mise en place de cette structure qui doit assurer la coordination intersectorielle entre les différents intervenants» a déploré Docteur Mohamed Belazougui, directeur au centre national de recherche appliquée en génie parasismique (CGS), hier sur les ondes la radio nationale, en expliquant que «la prévention des catastrophes fait appel à beaucoup de disciplines et d'expertises qui doivent être coordonnées à un certain niveau.» D'ailleurs, la loi a prévu la création d'un comité national de coordination intersectorielle qui est rattaché à cet organe national: «L'ensemble des secteurs et organismes concernés doivent siéger et animer les différentes actions dans leurs domaines d'activités et adresser un rapport annuel au Gouvernement pour faire le point sur l'évolution des plans nationaux de prévention prévus par la loi et qui doivent être mis en place», a-t-il encore précisé en soulignant l'urgence de l'installation de ce chef d'orchestre dépendant du ministère de l'Intérieur : «On ne peut agir efficacement que dans un cadre coordonné.» Incapable de risquer une explication sur le retard mis dans l'installation de cette structure vitale pour la prévention des risques et la gestion des catastrophes, Mohamed Belazougui a toutefois signalé qu'il existait une «certaine coordination» pour les relations avec l'étranger puisque le ministère des Affaires étrangères préside un groupe produisant un rapport biannuel pour les nations unies : «Le rapport préliminaire est prêt , le rapport final est en préparation pour la réunion des nations à Genève, en mai. Mais sur le plan interne, il n'y a pas de coordination générale.»

Sur la question des risques sismiques, le directeur du CGS a reconnu que les recherches menées ont confirmé que les aléas sismiques sont plus importants que ce qui avait été déterminé par d'anciennes études : «Chaque fois qu'on fait appel à la géologie et la sismicité historique, on trouve que l'aléa sismique est plus fort que ce qui a été déterminé par l'étude 1978.» Cette étude qui avait servi à l'élaboration de la première carte de macro-zonage, intégrée dans le règlement parasismique en 1981, avait été menée à l'époque avec l'aide de l'université américaine de Stanford sur la base de la sismicité historique (catalogues des séismes avec les dégâts provoqués). Et de fait, des études menées par le CGS en 1998 ont conduit au reclassement d'Alger de la zone 2 à la zone 3, soit un cran de plus en terme de risque sismique: «En fait, a-t-il rappelé, la sismicité de toute la bande côtière allant d'Oran à Jijel se justifie par sa situation à la frontière des deux plaques Africaine et Eurasienne mais plus on se déplace vers les Hauts Plateaux, plus le risque diminue jusqu'à s'estomper au pied de l'Atlas Saharien.»

Ceci étant, et en termes de prévention de risques, une première phase des études de vulnérabilité des installations et bâtiments stratégiques (présidence, premier ministère, Intérieur, protection civile, hôpitaux...) a été lancée et a touché un certain nombre d'infrastructures importantes à Alger, Oran et Constantine pour s'assurer de leur capacité à supporter le choc : «Non seulement ces structures ne doivent pas s'effondrer et provoquer des victimes mais elles doivent demeurer fonctionnelles pour agir en cas de crise», a souligné Mohamed Belazougui en indiquant que ce type d'actions doit être étendu à l'ensemble des villes afin de déterminer si ces bâtiments stratégiques répondant aux exigences, doivent être renforcés ou simplement abandonnés et le personnel réaffecté dans des bâtisses plus sûres. Jusque-là, le siège de la wilaya d'Alger est la seule construction à avoir enregistré un début de renforcement il y a une quinzaine d'années...

En tout état de cause, Mohamed Belazougui a rappelé que tout ce qui se construit désormais doit répondre aux critères de résistance parasismique, la loi sur l'aménagement et l'urbanisme de 1990 et amendée en 2004 stipulant que toute construction sans permis devra être démolie par les pouvoirs publics au maximum dans le mois qui suit.

par M. Nadir

lien : http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5173740
_____________________
"Sachant que le savoir n'est pas exclusif aux savants, j'aimerais savoir tout ce que vous savez tout en sachant que vous savez ce que je sais."
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Oct - 09:07 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
wassila
Invité





MessagePosté le: Lun 5 Nov - 20:01 (2012)    Sujet du message: prevention des risquess Répondre en citant

bonsoir,
je voulais juste ajouter une petite remarque , pour bien expliquer la volenté de l'état a la prevention des risques majeurs en algerie, qui est prevue dans la lois 04_20 du 25 dec 2004 qui  parle bien de l'organisation de la prevention des risques majeurs, notament le plan orsec, mais cette loi, reste sans le  décret complementaire détaillant la manière d'application de ladit loi, ceci d'une part , d'autre part en 2009, un autre decret (09-335) fixant les modalités d'élaboration et de mise en oeuvre des plans interne d'intervention par les exploitant des installations industrielles qu'on sais pas s'il devaris etre établi avec le plan orsec d'entreprise ou qui le remplace,
on a vraiment besoin d'eclaircissement sur ce point .
merci
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:18 (2018)    Sujet du message: Gestion des risques majeurs : Une coordination qui se fait attendre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Systèmes de Management en Algérie Index du Forum -> Management des Systèmes en Algérie -> Système de management de la sécurité et Santé au travail Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com